Festival des Abbayes Entreprise et Culture en Lorraine
 

Quelques repères


Dom Calmet bâtisseur, administrateur
ses rapports avec la Principauté de Salm



Dom Augustin Calmet, nouvel abbé de Senones (1728-1757)

Après un séjour parisien de mai 1706 à juillet 1715, où il côtoya les grands foyers jansénistes, et une visite à la cour ducale de Lunéville (1713), foyer d’arts, de sciences, puis de lettres, en qualité d’historiographe des duchés, dom Augustin Calmet, devenu prieur de Lay-Saint-Christophe (1714-1715), puis abbé de Saint-Léopold de Nancy en 1718, parcourut les divers monastères de son ordre, dévorant les bibliothèques et rédigeant de nombreuses compilations historiques.

En 1728, l’année même où sortait la première édition de son Histoire de Lorraine, Dom Calmet fut appelé comme abbé de Senones, dans la capitale de la principauté de Salm, où il prêta serment en 1729. Dans cette grande abbaye vosgienne, fondée en 640 par saint Gondelbert, construite par Antoine de Pavie au XIe siècle et où avait été introduite la réforme de Saint-Vanne en 1618,

il travailla et vécut la dernière partie de son existence.

La figure du nouvel abbé de Senones a donné lieu, de son vivant ou dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à bien des témoignages artistiques, par la peinture ou la gravure, aujourd’hui conservés à Senones, au Musée Lorrain ou à Rambervillers.

Il s’y révéla grand bâtisseur, remarquable administrateur, tout en confirmant ses qualités de chercheur rigoureux et de bibliophile averti. En plus de concourir à enrichir considérablement la bibliothèque et ses collections, il poursuivit la reconstruction totale de l’abbaye, commencée par Pierre Alliot (1684-1715) et Mathieu Petitdidier (1715-1728), ses prédécesseurs, faisant bâtir le nouveau chœur, dont sont conservés aujourd’hui deux chapiteaux et le premier arc doubleau dans le mur est de l’église, et agrandir le four et la boulangerie. On lui doit le grand escalier orné d’une grille en fer forgé de Jean Lamour, l’un des artistes les plus talentueux de la cour ducale de Lorraine.

Après le Recueil des titres, dressé en 1699 par le tabellion général de Lorraine Jean-Philippe Alba, c’est aussi sur ordre de Dom Calmet que François Maget, notaire, et Joseph Bernard, chanoine d’Étival, établirent, en 1730, le premier Cartulaire de l’abbaye de Senones.



Le défenseur des intérêts de l’abbaye

La cité de Senones, capitale de la principauté de Salm-Salm, qui ne deviendra française qu’en 1793, soit 27 ans après le duché de Lorraine, s’est bâtie autour de l’abbaye bénédictine Saint-Pierre. Face à l’abbaye, construite à l’ouest de la ville, le premier prince de Salm-Salm, Nicolas Léopold, avait fait bâtir un premier château, qui fut achevé en 1754, trois ans avant la mort de Dom Calmet. C’est donc essentiellement la ville dans cet état primitif et avec une emprise territoriale de l’abbaye encore prédominante, que connut l’abbé lorrain.

Les comtes de Salm, que l’on trouve déjà au XIIe siècle, qualifiés de voués, avaient déjà connu des démêlés avec Claude Raville, abbé de Senones, au XVIe siècle, nécessitant l’intervention de l’empereur Maximilien et des papes Pie V et Grégoire XII. Face aux prétentions des princes de Salm sur le temporel et les droits de l’abbaye, face à la violence de leurs officiers, Calmet n’eut de cesse de prouver, archives écrites à l’appui, la légitimité historique de ses positions.

Il défend également les terres de la mense abbatiale contre les prétentions des communautés d’habitants alentour, celle de Châtas par exemple (1740), et augmente la superficie de la mense, en acquérant des terres nouvelles, comme au Puid en 1750-1751, ou à Vieux-Moulin, en 1753.

L’église de Rambervillers ayant été donnée par l’évêque de Toul, Eudes de Sorcy, à l’abbaye de Senones, en 1227, Calmet n’hésite pas à contrecarrer les prétentions d’indépendance de Léopold-Ignace Bertaud, curé de Rambervillers, au milieu du XVIIIe siècle.

Calmet conduit les visites nécessaires et régulières dans les prieurés dépendant de l’abbaye de Senones, tel celui de Mervaville, au nom de la congrégation Saint-Vanne et Saint-Hydulphe.


Texte Isabelle Chave, Directrice des Archives Départementales des Vosges

retour ECL / Festival des Abbayes>>>

le festival 2007>>>

Octobre universitaire


Ces journées ont été l'occasion de conférences universitaires. Le 7 juillet M Banderier, Mme Taillard et Mlle Henryot ont animé ces conférences intègrées à une journée entière consacrée à dom Calmet, avec exposition, Visite de l'abbaye Vêpres et concert, repas XVIIIè et lectures du soir.

Octobre sera plus universitaire : conférences à Nancy et Senones sous la direction de Philippe Martin assisté par Mlle Henryot. Côté exposition, les Archives Départementales des Vosges ont apporté documents et gravures au côté du Musée Lorrain et des villes de Senones, Rambervillers...

Pour fêter l'évènement de nombreuses personnalités étaient présentes à senones.


Discours de Monsieur Dal Magro, Maire de Senones
entouré de M Beverina(Conseiller général) et JM Lalandre (Conseiller Régional) sous le regard de Dom Calmet
...Voltaire tend l'oreille.

M Jean Paul Mathieu ( Evêque de St Dié)
Philippe Martin ( Université Nancy 2)
premier plan
Daniel-Odon Hurel (CNRS)
Cédric Andriot (Université Nancy 2)
Octobre 2007 : les conférencier sous la présidence de
Daniel-Odon Hurel (CNRS)
A ses côtés, Mlle Henryot (coordonatrice et conférencière)
et Philippe Masson (université Nancy 2)


pages n°
1 | 2 | 3 | 4 | 5