Promenade dans le grand salon ...
« …Un peu plus tard, de 1773 à 1775, Louis faisait construire le grand château de Senones, agrémenté d’un parc, demeure où il se plut à réunir une remarquable collection de tableaux et objets d’art et où il donna des fêtes splendides dont persista le souvenir émerveillé… »

Pierre de la Condamine - Salm en Vosges


PRATIQUE

Le mercredi 14 août / 21h
Abbaye d'Etival

Cantata da camera

A. Scarlatti - G.F. Handel



Alessandro SCARLATTI
Cantate «Piango, sospiro, e peno»
Mentre sul carro aurato (Clori e Mirtillo)
Sonata n° 2 en la mineur pour flûte, 2 violons et basse continue

Georg Frideric HANDEL
Sonate op.2 n°1 en si mineur, HWV 386b
Andante - Allegro ma non troppo - Largo - Allegro
«Mi palpita il cor» Cantata a voce sola con oboe HWV 132b.
Il Duello amoroso : Daliso ed Amarilli : Amarilli vezzosa,
Cantata a due con stromenti. HWV


Le terme cantata da camera est apparu en Italie pour désigner des œuvres aussi bien profanes que sacrées. La forme achevée de ces cantates reprend certaines caractéristiques de l’opéra, notamment l’alternance entre récitatifs et airs.

Cette forme choisie par de nombreux compositeurs de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle en Italie. L’existence de nombreuses cantates de chambre démontre clairement leur grande popularité, bien qu’elles aient été injustement oubliées pendant plusieurs siècles.



Les Arts Florissants

Amel BRAHIM-DJELLOUL - soprano
Christopher AINSLIE - contreténor
Jonathan COHEN Direction musicale, clavecin et orgue
Les ARTS FLORISSANTS - Ensemble instrumental

Alessandro Scarlatti est un compositeur majeur de l’époque baroque dont l’esprit novateur et le style font la transition entre le style vocal italien des débuts du baroque, au XVIIe siècle, et l’école classique du XVIIIe. Son influence fut immense tout autant grâce à ses élèves (tels que Hasse et Geminiani) que grâce à son fils, Domenico Scarlatti, né en 1685 et devenu lui aussi son élève. Considéré comme le fondateur de l’école d’opéra napolitaine – il devint maître de chapelle du vice-roi de Naples en 1684, ville où il composa de nombreux opéras ainsi que de la musique de commande pour les cérémonies officielles –, on peut citer au compte de ses différentes réussites d’avoir établi dans ses formes les plus achevées le genre de l’ouverture italienne et d’avoir promu la préférence et le développement de l’air da capo, en opposition au style plus ancien de la basse obstinée ou de l’air en deux parties. Outre ses opéras, écrits pour les principaux centres musicaux d’Europe tels que Naples, Venise et Rome, il composa plus de cinq-cents cantates de chambre pour voix seule. La plupart de ces cantates, dont la musique est incroyablement belle, se trouve toujours sous forme de manuscrits dans différentes bibliothèques et sont donc rarement interprétées. Beaucoup d’entre elles sont écrites pour voix et basse continue et sur des textes poétiques aux thèmes pastoraux, dans une forme récitatif/air/récitatif. Parfois, certaines cantates incluent l’utilisation d’instruments obligés comme la flûte, ou de deux violons comme, par exemple, dans notre programme : « Piango, sospiro e peno » (accompagnée du « Duello amoroso » de Handel). Le style harmonique de Scarlatti est raisonnablement bancal, avec des passages de transition harmonique rapides, des rythmes syncopés et des lignes basses mélodiques qui imitent la voix et se mêlent à elle, d’une façon toujours intelligente et intéressante, musicalement.


Handel a une place de choix au sein du panthéon des grands compositeurs et c’est amplement justifié. Ses œuvres de jeunesse, composées lors de ses voyages en Italie, sont pleines d’invention, de couleurs bigarrées et d’énergie. Ce programme propose certaines des cantates les moins connues de Scarlatti ainsi que des cantates italiennes de jeunesse de Handel, dans le but de montrer le contraste entre certaines des pièces de Handel les plus aimées et celles parmi les moins connues de Scarlatti, ainsi que de montrer la continuité stylistique et d’idée de succession de l’ancienne génération à la nouvelle (Alessandro Scarlatti, 1660-1725, est de la génération qui précède Bach et Handel qui sont tous les deux nés la même année que le fils de Scarlatti, Domenico). Ce programme offre des moments charmants et délicieux, représentatifs d’une musique qui a certainement résonné dans les salons aristocratiques des grandes capitales européennes de l’époque.


Concert
Samedi
14 août
21h
abbatiale d'Etival

Pas de conférence

Tarif
réduit 5€
plein tarif 23€
et abonnements
>>voir

réservations - billetterie :
>> office de tourisme


lieux du concert :

>> abbaye d'Etival


site internet ensemble
www.artsflomedia.com


presse :

>> dossier presse